Les détracteurs de la Citadelle ― car il y en a, puisque rien n'est parfait ― disent qu'elle est un contrôlisme et une grande servitude.

Si être servile c'est être esclave, alors rien de tel au cœur de la Citadelle, par définition et par expérience. Ensuite, si le contrôlisme est le contrôle pris comme fin en soi, alors rien de tel au cœur de la Citadelle, puisque le contrôle n'y est qu'un moyen parmi les plus fiables. S'attarder à l'argument.

Poursuivre