24. Qu'ils montent ou qu'ils descendent, ils sont tous des esclaves. Les ascendants font tout pour se le cacher et y parviennent assez bien. Ils gravissent les marches par devoir et c’est justement ce devoir, qu’ils s’imposent eux-mêmes, qui leur donne l’impression de ne pas être asservis. Ils se croient les maîtres de leurs actions, mais, si c’était le cas, n’aurait-on pas vu un ascendant s’arrêter parce qu’il refuse de s’imposer ce devoir ? Ils ne sont donc en rien libres et leur devoir ne fait que les asservir davantage ; ils sont soumis dans leur cœur et jusqu la moelle. Leur soumission en est une intérieure, ce qui lui donne une allure de liberté et qui la rend plus subtile et donc plus pernicieuse.

Quant aux descendants, ils se savent bien esclaves, mais pour les mauvaises raisons : ils se croient assujettis par leurs maîtres, donc contraints par la force à descendre et à se dégrader, alors que cela n’est nullement vrai. Si les descendants le voulaient, ils pourraient secouer le joug des ascendants. Ceux-ci sont certainement un peu plus nombreux, mais ne sont-ils pas tous épuisés par l’escalade qu’ils s’imposent ? Si les descendants ne se révoltent même pas quand ils ont la force de le faire, c’est qu’ils n’en ont justement pas la force. Puisqu’ils n’ont pas le goût de la liberté, ils sont donc esclaves parce qu’ils le veulent bien, et c’est donc très bien qu’ils le soient.

Ils ne faut donc pas plaindre les ascendants ni les descendants ; leur petitesse explique le sort qui est le leur. Tout ce qu’ils doivent nous inspirer est un dédain tirant sur le mépris et même le dégoût ; mais n’allons pas si loin car des êtres si faibles, rabougris et sans vigueur ne doivent pas provoquer des affects de cette force. Qu’ils continuent à tourner en rond si ça leur plaît. Je n’ai que faire qu’ils aient toujours sur les lèvres le mot « devoir » ou qu’ils expliquent leur faiblesse par la force imaginaire des autres. Qu’ils soient donc tous des esclaves car ils ne sauraient que faire de la liberté !

 

 

Politiques

Libérations

TOUS