25. Ceux qui montrent les origines de l’ordre régissant notre société se croient bien malins, mais ils ont tort. Il est vrai que ce sur quoi il s’appuie est un amalgame hétéroclite de chimères ; toutefois, cela n’a au fond que bien peu d’importance. Nous avons besoin de cet ordre, et cela même s’il est arbitraire. Et c’est justement parce qu’il est arbitraire qu’il lui est impossible de se justifier par lui-même ou par des causes externes véridiques ; il lui faut donc des fondements imaginaires, qui par leur force imposeront l’organisation sociale à presque tous.

Ceux n’étant pas trompés se divisent en deux catégories, les uns rejetant l’ordre social car non fondé, les autres en voyant la nécessité et feignant d’y croire. Les premiers, bien qu’ils aient le culot de prétendre qu’ils veulent le bien de tous en les libérant des illusions, sont des vers qui dévorent notre société de l’intérieur. Les seconds, plus subtils, savent que, sans cet ordre, la vie en société et la vie individuelle seraient impossibles ; il n’en résulterait que l’anarchie, la guerre de tous contre tous et la perte de tout sens à l’existence et à l’univers. Si les hommes pouvaient tous voir la nécessité de l’organisation sociale, ces subterfuges n’auraient pas lieu d’être ; ce n’est évidemment pas le cas et c’est pourquoi il faut les tromper pour leur propre bien. Pour y arriver, il faut à tout prix faire entendre raison à ces hybrides de perspicacité et d’aveuglement, ou, si cela s’avère impossible, les faire taire coûte que coûte. Nous n’obtiendrons jamais rien autrement.

 

 

Ascensions

Politiques

Chimères

TOUS