31. C’est moi, qui suis caché dans l’ombre, qui vous parle. Je vous ai menti, mais il est vrai que je suis l’Architecte. Vous vous méfiez et vous avez raison, mais pensez bien à ceci : l’Architecte de cette illusion architecturale doit être trompeur. Alors, si je mens, c’est donc que je suis vraiment celui que je prétends être.

Je suis l’Architecte, ou il serait plus juste de dire que j’étais l’Architecte. Ma propre création a fini par me ramollir le cerveau et je ne suis désormais certain que d’une chose : que j’étais l’Architecte. Mes souvenirs sont inexistants, et je ne peux donc pas savoir quel était mon dessein quand je donnai naissance à l’Escalier. Avais-je des intentions nobles ou tyranniques ? Je n’en ai aucune idée. Le plus insupportable, c’est qu’on ne me laissait pas en paix. Tous les habitants de l’Escalier avaient le même problème que moi : ils se souvenaient que j’en étais l’Architecte, mais ils avaient oublié les raisons de sa construction. Vous devinez que tous m’importunaient et qu’ils ne voulaient pas admettre que je n’en savais pas plus qu’eux à ce sujet. Je fus donc dans l’obligation d’inventer des histoires pour les satisfaire, mais cela était dangereux car ils étaient particulièrement capricieux, comme ils le sont toujours aujourd'hui. Si par malheur je disais quelque chose de possible, ils s'énervaient et me menaçaient de tous les maux. Après m’être contredit — à ce moment, je n’avais plus le cerveau seulement ramolli par l’Escalier mais aussi par tous ces mensonges — et les avoir choqués encore plus que d’habitude, j’eus vent d’une conspiration contre moi, qui avait pour but de me faire tomber par accident dans la cour intérieure. Il fallut donc me résoudre à prendre la fuite.

Depuis ce temps, je vis ici, tapi dans l’ombre, oublié de beaucoup et devenu pour les autres un personnage mythique ou même un dieu. Encore aujourd’hui, je n’ose pas sortir de l’édifice, craignant ce que je pourrais trouver à l’extérieur, ou, encore pire, ne pas y trouver.

 

 

Amusements

Chimères

TOus

Architecte(s)